Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/140

Cette page n’a pas encore été corrigée


Il6 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

2 V.

Théorème sur la qualité de la lumière.

Tout corps remplit l'air ambiant de sa res- semblance qui est toute dans toute et toute dans la partie.

L'air est plein de lignes droites rayonnantes qui s'entrecroisent et se mêlent, sans que l'une occupe la place de l'autre, ces lignes repré- sentent pour un objet quelconque, la vraie forme de sa cause.

Quatre théorèmes de pesanteur.

Dessin : un gentil profil au trait dans un cercle., un arc coupe du bout du nez en passant par le creux de l'oreille : recherche sur la division de la tête en segments, comme ailleurs on trou- vera une tentative de division en carrés.

3 r.

La peinture est fondée sur la perspective qui nest que l'art de bien figurer l'office de l'œil, c'est-à-dire la ressemblance des objets telle qu'elle parvient à l'œil.

Cet art consiste à prendre par pyramides, les formes et les couleurs des objets contem- plés. Je dis par pyramide, car il n'y a pas

�� �