Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/116

Cette page n’a pas encore été corrigée


92 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

pas de différence, entre leurs parties ombreu- ses.

11 est possible que les ombres mêlées dé- rivatives, causées par une seule lumière sur divers corps, se puissent entrecouper et su- perposer l'une à l'autre.

13 V.

Il est impossible que les ombres dérivati- ves simples, nées de corps divers, et causées par une simple lumière, ne se puissent jamais joindre ou toucher.

14 r.

Si beaucoup de corps ombreux très voi- sins, presque joints, sont vus en champ lu- mineux, à grande distance, ils paraîtront séparés par un grand intervalle.

14 V.

Ténèbres : absence de lumière. Ombre : diminution de lumière. Ombre primitive : celle attachée aux corps ombreux. Dérivative, qui se détache des dits corps.

�� �