Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/111

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI 87

4 r.

Suivant la grandeur du corps lumineux, le cours des rayons ombreux et lumineux est plus mêlé ensemble.

4 V.

La surface qui reçoit le plus grand angle des espèces qui lui sont opposées, est celle qui se teindra davantage de leurs couleurs.

$ r.

Autant l'ombre dérivative deviendra plus voisine de ses pénultièmes-extrémités, autant elle paraîtra plus obscure.

5 V.

Naturellement les hommes, s'ils veulent connaître si la pluie commence, regardent dans l'air qui se trouve entre leur œil et un fond obscur ; alors les fils minces que les petites gouttes d'eau font apparaître, se dé- tachent aisément sur un fond obscur. .Mais les hommes prennent les premiers lils pour les derniers, et touchant presque le fond obscur, ne s'aperçoivent pas que ce champ

�� �