Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/103

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI 79

Et il y aura des chutes, tu feras la trace de la glissade dans la poussière devenue une fange sanglante, et autour, sur la terre mouillée, tu feras voir les traces du piétine- ment des hommes et des chevaux qui ont passé par là.

Tu feras un cheval traînant le cadavre de son maître, et, derrière lui, il laissera dans la poussière et la fange, la trace du corps traîné ; tu feras les vaincus abattus et pâles, avec les sourcils hauts en leur conjonction, et la chair qui leur reste sera criblée de dou- loureuses rides. Les trous des naseaux se fronceront en arc, jusqu'à la naissance de l'œil, les narines hautes, à raison de ses plis; les lèvres arquées découvriront les dents de dessus. Les dents très visibles, en manière de crier avec désespoir. L'une des mains fait bouclier aux yeux effrayés, tournant droit vers l'ennemi, l'autre s'appuye à terre pour soutenir le buste soulevé ; tu feras les autres criant avec la bouche tordue et fuyant ; beaucoup d'armes diverses aux pieds des combattants, comme boucliers brisés, lances, tronçons d'épées et autres semblables ; lu fçras des hommes morts : les uns à moitié

�� �