Page:Kostomarov - Deux nationalités russes.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

nom, il en voulut un nouveau qui indiquât une différence avec la Russie orientale et non sa ressemblance. Il y avait beaucoup de noms, mais à vrai dire il n’y en avait aucun qui convînt complètement. Cela venait peut-être de ce que le peuple ne se rendait pas encore bien compte de sa nationalité. Au dix-septième siècle il y avait les noms Ukraine ou Petite Russie, Hetmanchtchina — à présent ces noms sont devenus archaïques, car aucun d’eux n’englobant toute la sphère du peuple entier, chacun ne désignait qu’une portion du territoire ou des circonstances historiques passagères[1].

À notre époque on a inventé encore un autre nom celui de Yougo-Russie ou Russie méridionale. On ne le trouve que dans les livres et il est peu probable qu’il perde jamais ce caractère livresque, car la composition n’en convient pas au langage journalier, notre peuple n’aime pas les noms composés, on y voit trop le mot savant, artificiel.

Quant à tous les noms, je dirai que celui qui est le plus usité pour nous distinguer des Grands Russiens, c’est celui de Chachol (prononcez le ch comme en allemand).

Évidemment ce n’est pas l’étymologie qui l’a fait adopter, mais l’habitude qu’en ont les Grands Russiens. En prononçant ce nom de khakhol, le Grand Russien voit devant lui un certain type populaire, un homme qui parle un dialecte particulier, qui a ses moeurs spéciales, ses coutumes, son organisation domestique bien à lui.

Seulement il serait curieux que de ce terme de dérision, de ce sobriquet ait pu sortir un nom national ? Ce serait par exemple comme si du sobriquet John Bull, les Anglais faisaient un nom sérieux pour leur peuple ! Ce ne sont pas seulement les Grands Russiens qui se servent du nom de khakhol ; il arrive fréquemment qu’un Ukranien se proclame khakhol sans ajouter à ce mot aucune acception péjorative, mais ceci n’arrive que dans certaines parties spéciales de l’Ukraine.

  1. Cette question a été, depuis lors, tranchée : « L’Ukraine », « l’Ukranien » (Oukraïna-Oukraïnetz) sont devenus des noms nationaux. (Rem. de l’éditeur.)