Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Nous jugerons de cela plus tard, dit Bagheera d’un ton sec, qui ne plut pas du tout à Mowgli. Mais, voici Kaa, auquel nous devons l’issue de la bataille, et toi, la vie. Remercie-le suivant nos coutumes, Mowgli.

Mowgli se tourna et vit la tête du grand Python qui oscillait à un pied au-dessus de la sienne.

— Ainsi, c’est là cette graine d’homme, dit Kaa. Sa peau est très douce et il ne diffère pas beaucoup des Bandar-log. Aie soin, petit, que je ne te prenne jamais pour un singe par quelque crépuscule, un jour où je vienne de changer d’habit.

— Nous sommes du même sang, toi et moi, répondit Mowgli. Je te dois la vie, cette nuit. Ma proie sera ta proie, si jamais tu as faim, ô Kaa !

— Tous mes remerciements. Petit Frère, dit Kaa, dont l’œil narquois brillait. Et que peut tuer un si hardi chasseur ? Je demande à suivre, la prochaine fois qu’il se met en campagne.

— Je ne tue rien — je suis trop petit — mais je rabats les chèvres au-devant de ceux qui en ont l’emploi. Quand tu te sentiras vide, viens à moi et tu verras si je dis vrai. J’ai quelque adresse, grâce à ceci — (il montra ses mains) — et si jamais tu tombes dans un piège, je peux payer la dette que je te dois, ainsi que ma dette envers Bagheera et Baloo, ici présents. Bonne chasse à vous tous, mes maîtres.

— Bien dit ! grommela Baloo.

Car Mowgli avait joliment tourné ses remerciements.

Le Python laissa tomber légèrement sa tête, pour une minute, sur l’épaule de Mowgli.