Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tandis que pliaient et craquaient sous leur poids les branches qu’ils chargeaient. Ceux qui couvraient les murs et les maisons vides turent subitement leurs cris, et, dans le silence qui tomba sur la cité, Mowgli entendit Bagheera secouer ses flancs humides en sortant du réservoir. Puis, la clameur recommença. Les singes bondirent plus haut sur les murs ; ils se cramponnèrent aux cous des grandes idoles de pierre et poussèrent des cris perçants en sautillant le long des créneaux, tandis que Mowgli, qui dansait de joie dans le pavillon, collait son œil aux jours du marbre et huait à la façon des hiboux, entre ses dents de devant, pour se moquer et montrer son mépris.

— Remonte le petit d’homme par la trappe ; je ne peux pas faire davantage, haleta Bagheera. Prenons le petit d’homme et fuyons. Ils pourraient nous attaquer de nouveau.

— Ils ne bougeront plus jusqu’à ce que je le leur commande. Restez. Ssss !

Kaa siffla et le silence se répandit une fois de plus sur la ville.

— Je ne pouvais pas venir plus tôt, Frères, mais — j’ai cru, en vérité, t’entendre appeler —

Cela s’adressait à Bagheera.

— Je — je peux bien avoir crié dans la lutte, répondit Bagheera. Baloo, es-tu blessé ?

— Je ne suis pas sûr qu’ils ne m’aient pas taillé en cent petits oursons, dit Baloo en secouant gravement ses pattes l’une après l’autre. Wow ! Je suis moulu. Kaa, nous te devons, je pense, la vie — Bagheera et moi.