Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/73

Cette page a été validée par deux contributeurs.


toutes les jungles ; et, de plus, je — nous — l’aimons, Kaa.

Ts ! Ts ! dit Kaa, en balançant sa tête d’un mouvement de navette. Moi aussi, j’ai su ce que c’est que d’aimer. Il y a des histoires que je pourrais dire — —

— Qu’il faudrait une nuit claire et l’estomac garni pour louer dignement, dit Bagheera avec vivacité. Notre petit d’homme est à l’heure qu’il est entre les mains des Bandar-log, et nous savons que de tout le Peuple de la Jungle, Kaa est le seul qu’ils redoutent.

— Je suis le seul qu’ils redoutent. Ils ont bien raison, dit Kaa. Bavardage, folie, vanité — Vanité, folie et bavardage, voilà les singes. Mais, pour une chose humaine, c’est mauvais hasard de tomber entre leurs mains. Ils se fatiguent vite des noix qu’ils cueillent, et les jettent. Ils promènent une branche une demi-journée, avec l’intention d’en faire de grandes choses, et, tout à coup, ils la cassent en deux. Cette créature humaine n’est pas à envier.

Ils m’ont appelé aussi — poisson jaune, n’est-ce pas !

— Ver — ver — ver de terre, dit Bagheera, et bien d’autres choses que je ne peux maintenant répéter, par pudeur.

— Ils ont besoin qu’on leur rapprenne à parler de leur maître. Aaa-ssp ! Ils ont besoin qu’on aide à leur manque de mémoire. En ce moment, où sont-ils allés avec le petit ?

— La jungle seule le sait. Vers le soleil couchant, je crois, dit Baloo. Nous avions pensé que tu saurais, Kaa.

— Moi ? Comment ? Je les prends quand ils tombent