Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui se logent dans leur fourrure. Il descendait, la nuit, le versant de la montagne, vers les terres cultivées, et regardait avec une grande curiosité les villageois dans leurs huttes ; mais il se méfiait des hommes, parce que Bagheera lui avait montré une boîte carrée, avec une trappe, si habilement dissimulée dans la Jungle qu’il marcha presque dessus, et lui avait dit que c’était un piège. Ce qu’il aimait par-dessus tout, c’était de s’enfoncer avec Bagheera au chaud cœur noir de la forêt, pour dormir tout le long de la lourde journée, et voir, quand venait la nuit, comment Bagheera s’y prenait pour tuer : de droite, de gauche, au caprice de sa faim, et de même faisait Mowgli — à une exception près. Aussitôt l’enfant en âge de comprendre, Bagheera lui dit qu’il ne devrait jamais toucher au bétail, parce qu’il avait été racheté, dans le Conseil du Clan, au prix de la vie d’un taureau.

— La Jungle t’appartient, dit Bagheera, et tu peux y tuer tout ce que tu es assez fort pour atteindre ; mais, en souvenir du taureau qui t’a racheté, tu ne dois jamais tuer ni manger de bétail jeune ou vieux. C’est la Loi de la Jungle.

Mowgli s’y conforma fidèlement.

Il grandit ainsi et devint fort comme fait à l’accoutumée un garçon qui ne va pas à l’école et n’a dans la vie à s’occuper de rien que de choses à manger.

Mère Louve lui dit, une fois ou deux, que Shere Khan n’était pas de ceux auxquels on dût se fier, et qu’un jour il lui faudrait tuer Shere Khan ; et sans doute un jeune loup se fût rappelé l’avis à chaque heure de sa vie, mais Mowgli l’oublia, parce qu’il n’était qu’un petit garçon — et pourtant il