Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/280

Cette page a été validée par deux contributeurs.


beau galop de Bonnie Dundee, et Vixen dressa les oreilles sur la banquette du dog-cart. Le second escadron de lanciers fila devant nous, et le cheval de troupe parut, la queue en soie parfilée, faisant des courbettes, une oreille droite et l’autre couchée, réglant l’allure pour tout l’escadron. Et ses jambes allaient comme sur une mesure de valse. Puis vinrent les gros canons et j’aperçus Double-Queue avec deux autres éléphants, attelés de front à un canon de siège de quarante, tandis que vingt attelages de bœufs marchaient derrière. La septième paire, qui portait un joug neuf, semblait quelque peu lasse et courbatue. Enfin arrivèrent les canons à vis ; Billy, le mulet, se comportait comme s’il eût commandé toutes les troupes, et les cuivres de son harnais huilé de frais faisaient cligner les yeux. J’applaudis, tout seul, Billy le mulet, mais il n’aurait pour rien au monde regardé à droite ou à gauche.

La pluie se remit à tomber et, pendant quelque temps, il fit trop de brume pour distinguer les mouvements des troupes. Elles avaient formé un grand demi-cercle à travers la plaine et se déployaient en ligne. Cette ligne s’allongea, s’allongea, toujours, jusqu’à compter trois quarts de mille d’une aile à l’autre — solide mur d’hommes, de chevaux et de fusils. Puis cela marcha droit sur le vice-Roi et l’amir et, à mesure que cela se rapprochait, le sol se mit à trembler comme le pont d’un steamer lorsque les machines forcent la vapeur.

À moins d’y être on n’imagine pas l’effet effrayant de cette ruée en masse de troupes sur les spectateurs, même sachant que ce n’est qu’une revue. Je regardai l’amir.