Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/269

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les Bœufs et le Chameau dirent à mi-voix :

— Peur de Double-Queue, quelle absurdité !

Et les Bœufs continuèrent :

— Nous sommes fâchés que vous ayez entendu, mais, c’est vrai. Double-Queue, pourquoi avez-vous peur des canons lorsqu’ils parlent ?

— Eh bien ! dit Double-Queue, en frottant une de ses jambes de derrière contre l’autre, exactement comme un petit garçon qui récite une fable, je ne sais pas tout à fait si vous comprendriez.

— Nous ne comprenons pas, mais cependant il faut tirer jusqu’au bout les canons, reprirent les Bœufs.

— Je le sais et je sais aussi que vous êtes beaucoup plus braves que vous ne pensez. Mais, pour moi, c’est différent. Le capitaine de ma batterie m’a appelé l’autre jour « Pachyderme Anachronique ».

— Quelque autre façon de combattre, je suppose ? dit Billy qui reprenait ses esprits.

— Vous, vous ne savez pas ce que cela veut dire, naturellement. Moi, je le sais. Cela signifie : entre le zist et le zest, et c’est juste où j’en suis. Je puis voir dans ma tête ce qui arrivera quand un obus éclate ; et vous autres, bœufs, vous ne pouvez pas.

— Moi, je peux, dit le cheval de troupe, à peu près du moins. J’essaie de n’y pas penser.

— Je vois mieux que vous, et j’y pense, moi. J’ai plus de surface qu’un autre à préserver et je sais qu’une fois malade, personne ne connaît la manière de me soigner. Tout ce qu’ils peuvent faire est de suspendre la solde de mon