Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/259

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Hum ! fit Billy. À l’annonce de la débandade des chameaux, j’ai filé pour mon propre compte. Lorsqu’un mulet de batterie… de batterie de canon à vis — traite de gentlemen des bœufs de batterie, il faut qu’il se sente bien ému. Qui êtes-vous, vous autres, là, par terre ?

Les bœufs refoulèrent leur nourriture, et répondirent tous deux à la fois :

— Le septième joug du premier canon de la Grosse Batterie de Siège. Nous dormions, lorsque les chameaux sont arrivés, mais quand on nous a marché dessus, nous nous sommes levés et nous sommes partis. Il vaut mieux dormir tranquilles dans la boue que d’être dérangés sur une bonne litière. Nous avons dit à notre ami qu’il n’y avait pas de quoi s’effrayer, mais il savait tant de choses qu’il en a pensé autrement. Wah !

Ils continuèrent à ruminer.

— Voilà ce que c’est d’avoir peur, dit Billy. On se fait blaguer par des bœufs de batterie. Je pense que cela te fait plaisir, jeunesse.

Les dents du jeune mulet sonnèrent, et j’entendis qu’il parlait de ne pas avoir peur d’aucun vieux bifteck du monde ; mais les bœufs se contentèrent de faire cliqueter leurs cornes l’une contre l’autre, et continuèrent de ruminer.

— Ne te fâche pas, maintenant, après avoir eu peur. C’est la pire espèce de couardise, dit le cheval de troupe. Je trouve très pardonnable d’avoir peur la nuit, lorsqu’on voit des choses qu’on ne comprend pas. On s’est échappé de nos piquets des douzaines de fois, par bandes de quatre cent cinquante ensemble, et cela parce qu’une nouvelle