Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/253

Cette page a été validée par deux contributeurs.


balançait le cou comme une poule égarée. Heureusement, j’entendais assez le langage des bêtes — non pas des bêtes sauvages, mais celui des bêtes de camp, naturellement — que m’avaient appris des indigènes, pour savoir

Becque - Livre de la jungle, p223.png


ce qu’il disait. Ce devait être le même qui s’était étalé dans ma tente, car il interpella le mulet :

— Que faire ? Où aller ? Je me suis battu avec une chose blanche qui flottait, et elle a pris un bâton et m’a frappé au cou.

C’était le mât brisé de ma tente, et cela me fit plaisir.

— Continuons-nous à courir ?