Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et minutieuse des éléphants sauvages, et la course folle, les flammes et le tohu-bohu de la dernière nuit, quand, rués en masse à l’intérieur des palissades, comme des rochers dans un éboulement, ils découvraient l’impossibilité de sortir, et se lançaient contre les poteaux énormes, repoussés enfin par des cris, des torches flamboyantes et des salves de cartouches à blanc. Même un petit garçon pouvait se rendre utile alors, et Toomai s’en acquittait mieux que trois petits garçons. Il tendait sa torche et l’agitait, et criait de son mieux. Mais le vrai bon temps arrivait quand on commençait à faire sortir les éléphants, quand le keddah, c’est-à-dire la palissade, ressemblait à un tableau de fin du monde, et que, ne pouvant plus s’entendre, les hommes étaient obligés de se faire des signes. Alors Petit Toomai, ses cheveux noirs, blanchis par le soleil, flottant sur ses épaules, et l’air d’un lutin dans la lumière des torches grimpait sur un des poteaux ébranlés ; et dès la première accalmie, on entendait les cris aigus d’encouragement qu’il jetait à Kala Nag, parmi les barrissements et les craquements, le claquement des cordes et les grondements des éléphants entravés. « Maîl, maîl, Kala Nag ! (Allons, allons. Serpent Noir ! ) Dand do ! (Un bon coup de défense ! ) Somalo ! Somalo ! (Attention ! Attention ! ) Maro ! Mar ! (Frappe, frappe ! ) Prends garde au poteau ! Arre ! Arre ! Hai ! Yai ! Kya-a-ah ! »

Et le grand combat entre Kala Nag et l’éléphant sauvage roulait ça et là à travers le keddah, et les vieux preneurs d’éléphants essuyaient la sueur qui leur inondait les yeux, et trouvaient le temps d’adresser un signe de tête à Petit