Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/207

Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’ODE DE DARZEE
(Chantée en l’honneur de Rikki-tikki-tavi)


Tailleur et chantre je suis,
Je connais doubles déduits ;
Fier de ma vive chanson,
Fier de coudre ma maison.


Dessus, puis dessous, ainsi j’ai tissé ma musique, ainsi ma maison.


Mère, relève la tête !
Plus de danger qui nous guette ;
Chante à tes petits encor,
Morte au jardin gît la mort.


L’effroi qui dormit sous les roses, dort sur le fumier, inerte et mort.


Qui donc nous délivre, qui ?
Quel est son nom tout-puissant ?
C’est le pur, le grand Rikki
Tikki, dont l’œil est de sang —


Rikki-tikki-tikki, à l’ivoire en fleur, le chasseur dont l’œil est de sang !