Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/204

Cette page a été validée par deux contributeurs.


auraient pu la faire retourner. Mais Nagaina ne fit que baisser son capuchon et continua sa route. Toutefois, cet instant de répit amena Rikki-tikki sur elle et, comme elle plongeait dans le trou de rat où elle et Nag avaient coutume de vivre, les petites dents blanches de Rikki-tikki se refermèrent sur sa queue, et il entra derrière elle. Or, très peu de mangoustes, quelles que soient leur sagesse et leur expérience, se soucieraient de suivre un cobra dans son trou. Il faisait noir, dans le trou ; et comment savoir s’il n’allait pas s’élargir et donner assez de place à Nagaina pour faire demi-tour et frapper ! Il tint bon, avec rage, les pieds écartés pour faire office de freins sur la pente sombre du terreau tiède et moite. Puis, l’herbe, autour de la bouche du trou, cessa de s’agiter, et Darzee dit :

— C’en est fini de Rikki-tikki ! Il nous faut chanter son chant de mort… Le vaillant Rikki est mort ! … Car Nagaina le tuera sûrement sous terre.

C’est pourquoi il entonna une chanson des plus lugubres, improvisée sous le coup de l’émotion. Et, comme il arrivait juste à l’endroit le plus touchant, l’herbe bougea de nouveau et Rikki-tikki, couvert de terre, se traîna hors du trou, une jambe après l’autre, en se léchant les moustaches. Darzee s’arrêta avec un petit cri de surprise. Rikki-tikki secoua un peu la poussière qui tachait sa fourrure et éternua.

— C’est fini, dit-il. La veuve ne reviendra plus jamais.

Et les fourmis rouges, qui habitent parmi les tiges d’herbe, l’entendirent et descendirent en longues processions pour voir s’il disait vrai.