Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/186

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fois. Aussi, trottant vers l’allée sablée, près de la maison, s’assit-il pour réfléchir. Il s’agissait pour lui d’une affaire sérieuse.

Si vous lisez les vieux livres d’histoire naturelle, vous y verrez que, lorsqu’une mangouste combat un serpent et qu’il lui arrive d’être mordue, elle se sauve pour manger quelque herbe qui la guérit. Ce n’est pas vrai. La victoire n’est qu’affaire d’œil vif et de pied prompt, détente de serpent contre saut de mangouste, et, comme nul œil ne peut suivre le mouvement d’une tête de serpent lorsqu’elle frappe, il s’agit là d’un prodige plus étonnant que les herbes magiques n’en pourraient opérer.

Rikki-tikki se connaissait pour une jeune mangouste et n’en fut que plus satisfait d’avoir su éviter si adroitement un coup porté par-derrière. Il en tira confiance en soi-même, et, lorsque Teddy descendit en courant le sentier, Rikki-tikki se sentait disposé à recevoir des compliments. Mais, juste au moment où Teddy se penchait, quelque chose se tortilla un peu dans la poussière et une toute petite voix dit :

— Prenez garde, je suis la Mort !

C’était Karait, le minuscule serpent brun, couleur de sable, qui aime à se dissimuler dans la poussière. Sa morsure est aussi dangereuse que celle du cobra ; mais il est si petit que personne n’y prend garde, aussi n’en fait-il que plus de mal.

Les yeux de Rikki-tikki devinrent rouges de nouveau, et il remonta en dansant vers Karait avec ce balancement particulier et cette marche ondulante qu’il avait hérités de