Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/178

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Non, dit la mère, prenons-le pour le sécher. Peut-être n’est-il pas mort pour de bon.

Ils l’emportèrent dans la maison, où un homme le prit entre le pouce et l’index, et affirma qu’il n’était pas mort, mais seulement à moitié suffoqué ; alors ils l’enveloppèrent dans du coton, l’exposèrent à la chaleur d’un feu doux, et… Rikki-tikki ouvrit les yeux et éternua.

— Maintenant, dit l’homme (un Anglais qui venait justement de s’installer dans le bungalow), ne l’effrayez pas, et nous allons voir ce qu’il va faire.

C’est la chose la plus difficile du monde que d’effrayer une mangouste, parce que, de la tête à la queue, leur race est dévorée de curiosité. La devise de toute la famille est : « Cherche et trouve », et Rikki-tikki était une vraie mangouste. Il regarda la bourre de coton, décida que ce n’était pas bon à manger, courut tout autour de la table, s’assit, remit sa fourrure en ordre, se gratta et sauta sur l’épaule du petit garçon.

— N’aie pas peur, Teddy, dit son père. C’est sa manière d’entrer en amitié.

— Ouch ! Il me chatouille sous le menton, dit Teddy.

Rikki-tikki plongea son regard entre le col et le cou du petit garçon, flaira son oreille, et descendit sur le plancher, où il s’assit en se grattant le nez.

— Seigneur, dit la mère de Teddy, et c’est cela qu’on appelle une bête sauvage ! Je suppose que si elle est à ce point apprivoisée, c’est que nous avons été bons pour elle.

— Toutes les mangoustes sont comme cela, dit son mari. Si Teddy ne lui tire pas la queue ou n’essaie pas de