Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/102

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Becque - Livre de la jungle, p085.jpg



Quand Mowgli quitta la caverne du loup, après sa querelle avec le Clan au Rocher du Conseil, il descendit aux terres cultivées où habitaient les villageois, mais il ne voulut pas s’y arrêter : la jungle était trop proche, et il savait qu’il s’était fait au moins un ennemi dangereux au Conseil. Il continua sa course par le chemin raboteux qui descendait la vallée ; il le suivit au grand trot, d’une seule traite, fit environ vingt milles et parvint à une contrée qu’il ne connaissait pas. La vallée s’ouvrait sur une vaste plaine parsemée de rochers et coupée de ravins. À un bout se tassait un petit village et à l’autre la jungle touffue s’abaissait rapidement vers les pâturages et s’y arrêtait net, comme si on l’eût tranchée d’un coup de bêche. Partout dans la plaine paissaient les bœufs et les buffles, et, quand les petits garçons chargés de la garde des troupeaux aperçurent Mowgli, ils poussèrent des cris et s’enfuirent, et les chiens parias jaunes, qui errent toujours autour d’un village hindou, se mirent à aboyer. Mowgli avança, car il se sentait grand faim, et, en arrivant à l’entrée du village, il vit le gros buisson épineux que chaque jour, au crépuscule, l’on tirait devant, poussé sur l’un des côtés.

— Hum ! dit-il, car il avait rencontré plus d’une de ces barricades dans ses expéditions nocturnes en quête de choses à manger. Alors, les hommes craignent le peuple de la jungle même ici !

Il s’assit près de la barrière et, au premier homme qui