Page:Kinon - L’An mille, 1911.djvu/7

Cette page n’a pas encore été corrigée


à Fernand Duguislle

cordial hommage de

son ami

Victor Kinon