Page:Kinon - L’An mille, 1911.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE II


Lumen cordium


Le chemin de ronde du burg de Thanesheim.

Au premier plan, à gauche, la partie supérieure du grand donjon, communiquant avec le chemin de ronde par un pont-levis baissé. Au sommet du donjon, percé de meurtrières et couronné d’une galerie à mâchicoulis, flotte une bannière, où l’on distingue, brodée en soie rouge, la proue en col de cygne d’un navire normand.

On ne voit qu’en partie, et de côté, la porte du donjon, qui est ouverte sur le pont-levis et dont la herse est levée.

Le pont-levis rejoint le chemin de ronde au troisième plan, vers la gauche, en face de la tour du guet qui flanque le rempart.

Cette tour, beaucoup moins imposante que le grand donjon, a une petite porte cintrée ouvrant sur le chemin de ronde. Au-dessus des créneaux de la tour, on distingue le casque du veilleur qui fait le guet.

La chemin de ronde court de biais, du troisième plan, à gauche, au premier plan, à droite. Il se prolonge encore, à gauche, au delà de la tour du guet ; mais cette partie du rempart est masquée par le grand donjon.

Le chemin de ronde est bordé d’un parapet crénelé. A l’angle du parapet et de la tour du guet, une poterne à porte de fer.

A droite, au premier plan, le rempart s’adosse à un rocher abrupt. Çà et là, dans les crevasses du roc, quelques violiers en