Page:Kinon - L’An mille, 1911.djvu/189

Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE V


Le Vendredi saint

Le décor du premier acte.

Comme au premier acte aussi, Radbod est assis sur la pierre, à l’entrée de la caverne, le front dans les mains, immobile.

C’est l’après-midi du vendredi saint. L’air est moite, chargé d’une senteur d’orage. Sur le fond cuivré du ciel, derrière le donjon gris de Thanesheim, on voit bomber les noirs donjons des nuages amoncelés.

Pas un rameau ne bouge. Un silence absolu écrase le paysage.


Scène première

RADBOD, LA SORCIÈRE.

(Après quelques moments de silence, on entend le chant de la sorcière, venant du bois, à gauche.)


LA VOIX DE LA SORCIÈRE, chantant

Les démons sifflent dans les bois,
Hei hopsa !
Œil-de-crapaud me tend les bras,
Ma mie, allons au grand sabbat,
Hei hopsa !