Page:Kinon - L’An mille, 1911.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ACTE V

LE VENDREDI SAINT