Ouvrir le menu principal

Page:Kant - Critique du jugement, trad. Barni, tome premier.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


doive trouver la général, il est simplement réfléchissant.

Le Jugement·déterminant, soumis aux lois générales et transcendentales de l'entendement, n’est que subsumant ; la loi lui est prescrite a priori, et ainsi il n’a pas besoin de penser par lui-même à une loi pour pouvoir subordonner au général le particulier qu’il trouve dans la nature. — Mais autant il y a de formes diverses de la nature, autant il y a de modifications des concepts généraux et transcendantaux de la nature, que laissent indéterminés les lois fournies a priori par l'entendement pur ; car ces lois ne concernent que·la possibilité d'une nature (comme objet des sens) en général. Il doit donc y avoir aussi pour ces concepts des lois qui peuvent bien, en tant qu’empiriques, être contingentes au regard de notre entendement, mais qui, puisqu'elles s’appellent lois (comme l’exige le concept d'une nature), doivent être regardées comme nécessaires en vertu d’un principe, quoique inconnu pour nous, de l'unité du divers. — Le Jugement réfléchissant, qui est obligé de remonter du particulier qu’il trouve dans la nature au général, a donc besoin d’un principe qui ne peut être dérivé de l’expérience, puisqu’il doit servir de fondement à l'unité de tous les principes empiriques, se rangeant sous des principes également empiriques mais supérieurs, et par là à la possibilité de