Ouvrir le menu principal

Page:Kant - Critique du jugement, trad. Barni, tome premier.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussi peu d'influence sur la législation fournie par le concept de la liberté, que celui-ci sur la législation de la nature.·—— La possibilité de concevoir au moins sans contradiction la coexistence des deux législations et des facultés qui s’y rapportent a été_démontrées par la critique de la raison pure, qui, en nous révélant ici une illusion dialectique, a écarté les objections.

Mais il est impossible que ces deux domaines différents, qui se limitent perpétuellement, non pas, il est vrai, dans leurs législations, mais dans leurs effets au sein du monde sensible, n’en fassent qu'un. En effet le concept de la nature peut bien représenter ses objets dans l’intuition, mais comme de simples phénomènes et non comme des choses, en soi ; au contraire, le concept de le liberté peut bien représenter par son objet une chose en soi, mais non dans l’intuition ; aucun de ces deux concepts, par conséquent, ne peut donner une connaissance théorique de son objet (et même du sujet pensant) comme chose en soi, c’est-à-dire du supra-sensible. C’est une idée qn’il faut appliquer à la possibilité de tous les objets de l’expérience, mais ,qu'on ne peut jamais élever et étendre jusqu’à en faire une connaissance. Il y a donc un· champ illimité, mais inaccesible aussi pour toute notre faculté de connaître, le champ supra-sensible, où ne nous trouvons