Ouvrir le menu principal

Page:Kant - Critique du jugement, trad. Barni, tome premier.djvu/173

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais l'analyse du sublime entraîne une division dont n'a pas besoin celle du beau, à savoir la division en sublime mathématique et en sublime dynamique.

En effet, comme le sentiment du sublime a pour caractère de produire un mouvement de l'esprit lié au jugement de l'objet, tandis que le goût du beau suppose et retient l'esprit dans une calme contemplation, et qu'on doit attribuer à ce mouvement une finalité subjective (puisque le sublime plaît), l'imagination le rapporte ou bien à la faculté de connaître ou bien à la faculté de désirer. Dans l'un comme dans l'autre cas, la représentation donnée ne doit être jugée que relativement à ces facultés (sans but ni intérêt); mais dans le premier cas, la finalité est attribuée à l'objet, comme une détermination mathématique, dans le second cas, comme une détermination dynamique de l'imagination ; et de là deux manières de concevoir le sublime.

A.
Du sublime mathématique.
§. XXV.
Définition du mot sublime.

Nous appelons sublime ce qui est absolument grand. Mais parler d'une chose grande et d'une grandeur, c'est exprimer deux concepts tout à fait diffé