Page:Justin - Apologies, trad. Pautigny.djvu/167

Cette page n’a pas encore été corrigée


restions pas ainsi les enfants de la nécessité et de l’ignorance, mais de l’élection et de la science, pour que nous obtenions la rémission de nos fautes passées, on invoque dans l’eau sur celui qui veut être régénéré et qui se repent de ses péchés le nom de Dieu le père et le maître de l’univers. Cette dénomination seule est précisément celle que prononce le ministre qui conduit au bain celui qui doit être lavé. [11] Peut-on donner en effet un nom au Dieu ineffable, et ne serait-ce pas folie orgueilleuse que d’oser dire qu’il en a un ? [12] Cette ablution s’appelle illumination, parce que ceux qui reçoivent cette doctrine ont l’esprit illuminé. [13] Et aussi au nom de Jésus-Christ, qui fut crucifié sous Ponce-Pilate, et au nom de l’Esprit-Saint, qui prédit par les prophètes toute l’histoire de Jésus, est lavé celui qui est illuminé.

LXII. Les démons connaissaient les prophéties qui annonçaient cette ablution. Aussi voulurent-ils qu’on n’entrât dans leurs temples, et qu’on ne se présentât devant eux, pour leur offrir des libations et des sacrifices, qu’après s’être purifié ; bien plus, ils ordonnent qu’on prenne un bain pour aborder les sanctuaires où ils résident. [2] Les prêtres ordonnent aussi de se déchausser à ceux qui entrent dans les temples pour y rendre un culte aux démons : c’est là une imitation de ce qui arriva au prophète Moïse, dont nous avons parlé. [3] En ce temps-là que Moïse reçut l’ordre de descendre en Égypte et d’en faire sortir le peuple d’Israël (il gardait en Arabie les troupeaux de son oncle maternel), notre Christ, sous la forme du feu, lui parla du buis-