Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.
96
l'île mystérieuse.

J'aperçois une petite rivière, dit Harbert. (Page 95.)

à la partie septentrionale, nul indice d’eaux courantes ; peut-être des eaux stagnantes dans la portion marécageuse du nord-est, mais voilà tout ; en somme, des dunes, des sables, une aridité très-prononcée qui contrastait vivement avec l’opulence du sol dans sa plus grande étendue.

Le volcan n’occupait pas la partie centrale de l’île. Il se dressait, au contraire, dans la région du nord-ouest, et semblait marquer la limite des deux zones. Au sud-ouest, au sud et au sud-est, les premiers étages des contreforts disparaissaient sous des masses de verdure. Au nord, au contraire, on pouvait suivre leurs ramifications, qui allaient mourir sur les plaines de sable. C’était aussi de ce côté qu’au temps des éruptions, les épanchements s’étaient frayés un