Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/85

Cette page a été validée par deux contributeurs.
85
les naufragés de l'air.

composait de deux cônes. Le premier, tronqué à une hauteur de deux mille cinq cents pieds environ, était soutenu par de capricieux contreforts, qui semblaient se ramifier comme les griffes d’une immense serre appliquée sur le sol. Entre ces contreforts se creusaient autant de vallées étroites, hérissées d’arbres, dont les derniers bouquets s’élevaient jusqu’à la troncature du premier cône. Toutefois, la végétation paraissait être moins fournie dans la partie de la montagne exposée au nord-est, et on y apercevait des zébrures assez profondes, qui devaient être des coulées laviques.

Sur le premier cône reposait un second cône, légèrement arrondi à sa cime, et qui se tenait un peu de travers. On eût dit un vaste chapeau rond placé sur l’oreille. Il semblait formé d’une terre dénudée, que perçaient en maint endroit des roches rougeâtres.

C’était le sommet de ce second cône qu’il convenait d’atteindre, et l’arête des contreforts devait offrir la meilleure route pour y arriver.

« Nous sommes sur un terrain volcanique, » avait dit Cyrus Smith, et ses compagnons, le suivant, commencèrent à s’élever peu à peu sur le dos d’un contrefort, qui, par une ligne sinueuse et par conséquent plus aisément franchissable, aboutissait au premier plateau.

Les intumescences étaient nombreuses sur ce sol, que les forces plutoniennes avaient évidemment convulsionné. Çà et là, blocs erratiques, débris nombreux de basalte, pierres ponces, obsidiennes. Par bouquets isolés, s’élevaient de ces conifères, qui, quelques centaines de pieds plus bas, au fond des étroites gorges, formaient d’épais massifs, presque impénétrables aux rayons du soleil.

Pendant cette première partie de l’ascension sur les rampes inférieures, Harbert fit remarquer des empreintes qui indiquaient le passage récent de grands animaux, fauves ou autres.

« Ces bêtes-là ne nous céderont peut-être pas volontiers leur domaine ? dit Pencroff.

— Eh bien, répondit le reporter, qui avait déjà chassé le tigre aux Indes et le lion en Afrique, nous verrons à nous en débarrasser. Mais, en attendant, tenons-nous sur nos gardes ! »

Cependant, on s’élevait peu à peu. La route, accrue par des détours et des obstacles qui ne pouvaient être franchis directement, était longue. Quelquefois aussi, le sol manquait subitement, et l’on se trouvait sur le bord de profondes crevasses qu’il fallait tourner. À revenir ainsi sur ses pas, afin de suivre quelque sentier praticable, c’était du temps employé et des fatigues subies. À midi, quand la petite troupe fit halte pour déjeuner au pied d’un large bouquet