Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/598

Cette page a été validée par deux contributeurs.
598
l'île mystérieuse.

Le premier sentiment des colons fut une douleur profonde ! Ils ne songèrent pas au péril qui les menaçait directement, mais à la destruction de ce sol qui leur avait donné asile, de cette île qu’ils avaient fécondée, de cette île qu’ils aimaient, qu’ils voulaient rendre si florissante un jour ! Tant de fatigues inutilement dépensées, tant de travaux perdus !

Pencroff ne put retenir une grosse larme qui glissa sur sa joue, et qu’il ne chercha point à cacher.

La conversation continua pendant quelque temps encore. Les chances auxquelles les colons pouvaient encore se rattacher furent discutées ; mais, pour conclure, on reconnut qu’il n’y avait pas une heure à perdre, que la construction et l’aménagement du navire devaient être poussés avec une prodigieuse activité, et que là, maintenant, était la seule chance de salut pour les habitants de l’île Lincoln !

Tous les bras furent donc requis. À quoi eût servi désormais de moissonner, de récolter, de chasser, d’accroître les réserves de Granite-house ? Ce que contenaient encore le magasin et les offices suffirait, et au delà, à approvisionner le navire pour une traversée, si longue qu’elle pût être ! Ce qu’il fallait, c’était qu’il fût à la disposition des colons avant l’accomplissement de l’inévitable catastrophe.

Les travaux furent repris avec une fiévreuse ardeur. Vers le 23 janvier, le navire était à demi bordé. Jusqu’alors, aucune modification ne s’était produite à la cime du volcan. C’était toujours des vapeurs, des fumées mêlées de flammes et traversées de pierres incandescentes, qui s’échappaient du cratère. Mais, pendant la nuit du 23 au 24, sous l’effort des laves, qui arrivèrent au niveau du premier étage du volcan, celui-ci fut décoiffé du cône qui formait chapeau. Un bruit effroyable retentit. Les colons crurent d’abord que l’île se disloquait. Ils se précipitèrent hors de Granite-house.

Il était environ deux heures du matin.

Le ciel était en feu. Le cône supérieur — un massif haut de mille pieds, pesant des milliards de livres — avait été précipité sur l’île, dont le sol trembla. Heureusement, ce cône inclinait du côté du nord, et il tomba sur la plaine de sables et de tufs qui s’étendait entre le volcan et la mer. Le cratère, largement ouvert alors, projetait vers le ciel une si intense lumière, que, par le simple effet de la réverbération, l’atmosphère semblait être incandescente. En même temps, un torrent de laves, se gonflant à la nouvelle cime, s’épanchait en longues cascades, comme l’eau qui s’échappe d’une vasque trop pleine, et mille serpents de feu rampaient sur les talus du volcan.