Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/597

Cette page a été validée par deux contributeurs.
597
le secret de l'île.

particulière que m’a fait connaître le capitaine Nemo doit amener tôt ou tard la dislocation de sa charpente sous-marine.

— Une dislocation ! l’île Lincoln ! Allons donc ! s’écria Pencroff, qui, malgré tout le respect qu’il avait pour Cyrus Smith, ne put s’empêcher de hausser les épaules.

— Écoutez-moi, Pencroff, reprit l’ingénieur. Voici ce qu’avait constaté le capitaine Nemo, et ce que j’ai constaté moi-même, hier, pendant l’exploration que j’ai faite à la crypte Dakkar. Cette crypte se prolonge sous l’île jusqu’au volcan, et elle n’est séparée de la cheminée centrale que par la paroi qui en ferme le chevet. Or, cette paroi est sillonnée de fractures et de fentes qui laissent déjà passer les gaz sulfureux développés à l’intérieur du volcan.

— Eh bien ? demanda Pencroff, dont le front se plissait violemment.

— Eh bien, j’ai reconnu que ces fractures s’agrandissaient sous la pression intérieure, que la muraille de basalte se fendait peu à peu, et que, dans un temps plus ou moins court, elle livrerait passage aux eaux de la mer dont la caverne est remplie.

— Bon ! répliqua Pencroff, qui essaya de plaisanter encore une fois. La mer éteindra le volcan, et tout sera fini !

— Oui, tout sera fini ! répondit Cyrus Smith. Le jour où la mer se précipitera à travers la paroi et pénétrera par la cheminée centrale jusque dans les entrailles de l’île, où bouillonnent les matières éruptives, ce jour-là, Pencroff, l’île Lincoln sautera comme sauterait la Sicile si la Méditerranée se précipitait dans l’Etna ! »

Les colons ne répondirent rien à cette phrase si affirmative de l’ingénieur. Ils avaient compris quel danger les menaçait.

Il faut dire, d’ailleurs, que Cyrus Smith n’exagérait en aucune façon. Bien des gens ont déjà eu l’idée qu’on pourrait peut-être éteindre les volcans, qui, presque tous, s’élèvent sur les bords de la mer ou des lacs, en ouvrant passage à leurs eaux. Mais ils ne savaient pas qu’on se fût exposé ainsi à faire sauter une partie du globe, comme une chaudière dont la vapeur est subitement tendue par un coup de feu. L’eau, se précipitant dans un milieu clos dont la température peut être évaluée à des milliers de degrés, se vaporiserait avec une si soudaine énergie, qu’aucune enveloppe n’y pourrait résister.

Il n’était donc pas douteux que l’île, menacée d’une dislocation effroyable et prochaine, ne durerait que tant que la paroi de la crypte Dakkar durerait elle-même. Ce n’était même pas une question de mois, ni de semaines, mais une question de jours, d’heures peut-être !