Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/595

Cette page a été validée par deux contributeurs.
595
le secret de l'île.

Les deux colons s’embarquèrent dans le canot. Une légère ondulation des lames l’engagea plus profondément sous le cintre très-surbaissé de la crypte, et là, Ayrton, après avoir battu le briquet, alluma le fanal. Puis, il saisit les deux avirons, et le fanal ayant été posé sur l’étrave du canot, de manière à projeter ses rayons en avant, Cyrus Smith prit la barre et se dirigea au milieu des ténèbres de la crypte.

Le Nautilus n’était plus là pour embraser de ses feux cette sombre caverne. Peut-être l’irradiation électrique, toujours nourrie par son foyer puissant, se propageait-elle encore au fond des eaux, mais aucun éclat ne sortait de l’abîme, où reposait le capitaine Nemo.

La lumière du fanal, quoique insuffisante, permit cependant à l’ingénieur de s’avancer, en suivant la paroi de droite de la crypte. Un silence sépulcral régnait sous cette voûte, du moins, dans sa portion antérieure, car bientôt Cyrus Smith entendit distinctement les grondements qui se dégageaient des entrailles de la montagne.

« C’est le volcan, » dit-il.

Bientôt, avec ce bruit, les combinaisons chimiques se trahirent par une vive odeur, et des vapeurs sulfureuses saisirent à la gorge l’ingénieur et son compagnon.

« Voilà ce que craignait le capitaine Nemo ! murmura Cyrus Smith, dont la figure pâlit légèrement. Il faut pourtant aller jusqu’au bout.

— Allons ! » répondit Ayrton, qui se courba sur ses avirons et poussa le canot vers le chevet de la crypte.

Vingt-cinq minutes après avoir franchi l’ouverture, le canot arrivait à la paroi terminale et s’arrêtait.

Cyrus Smith, montant alors sur son banc, promena le fanal sur les diverses parties de la paroi, qui séparait la crypte de la cheminée centrale du volcan. Quelle était l’épaisseur de cette paroi ? Était-elle de cent pieds ou de dix, on n’eût pu le dire. Mais les bruits souterrains étaient trop perceptibles pour qu’elle fût bien épaisse.

L’ingénieur, après avoir exploré la muraille suivant une ligne horizontale, fixa le fanal à l’extrémité d’un aviron, et il le promena de nouveau à une plus grande hauteur sur la paroi basaltique.

Là, par des fentes à peine visibles, à travers les prismes mal joints, transpirait une fumée âcre, qui infectait l’atmosphère de la caverne. Des fractures zébraient la muraille, et quelques-unes, plus vivement dessinées, s’abaissaient jusqu’à deux ou trois pieds seulement des eaux de la crypte.