Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/594

Cette page a été validée par deux contributeurs.
594
l'île mystérieuse.

— Ils semblent inquiets, monsieur Smith.

— Oui, l’instinct parle en eux, et l’instinct ne trompe pas.

— Quand vous voudrez…

— Prenez un fanal et un briquet, Ayrton, répondit l’ingénieur, et partons. »

Ayrton fit ce qui lui était commandé. Les onaggas, dételés, erraient dans le corral. La porte fut fermée extérieurement, et Cyrus Smith, précédant Ayrton, prit, vers l’ouest, l’étroit sentier qui conduisait à la côte.

Tous deux marchaient sur un sol ouaté par les matières pulvérulentes tombées du nuage. Aucun quadrupède n’apparaissait sous bois. Les oiseaux eux-mêmes avaient fui. Quelquefois, une brise qui passait soulevait la couche de cendre, et les deux colons, pris dans un tourbillon opaque, ne se voyaient plus. Ils avaient soin alors d’appliquer un mouchoir sur leurs yeux et leur bouche, car ils couraient le risque d’être aveuglés et étouffés.

Cyrus Smith et Ayrton ne pouvaient, dans ces conditions, marcher rapidement. En outre, l’air était lourd, comme si son oxygène eût été en partie brûlé et qu’il fût devenu impropre à la respiration. Tous les cent pas, il fallait s’arrêter et reprendre haleine. Il était donc plus de dix heures, quand l’ingénieur et son compagnon atteignirent la crête de cet énorme entassement de roches basaltiques et porphyritiques qui formait la côte nord-ouest de l’île.

Ayrton et Cyrus Smith commencèrent à descendre cette côte abrupte, en suivant à peu près le chemin détestable qui, pendant cette nuit d’orage, les avait conduits à la crypte Dakkar. En plein jour, cette descente fut moins périlleuse, et, d’ailleurs, la couche de cendres, recouvrant le poli des roches, permettait d’assurer plus solidement le pied sur leurs surfaces déclives.

L’épaulement qui prolongeait le rivage, à une hauteur de quarante pieds environ, fut bientôt atteint. Cyrus Smith se rappelait que cet épaulement s’abaissait par une pente douce, jusqu’au niveau de la mer. Quoique la marée fût basse en ce moment, aucune grève ne découvrait, et les lames, salies par la poussière volcanique, venaient directement battre les basaltes du littoral.

Cyrus Smith et Ayrton retrouvèrent sans peine l’ouverture de la crypte Dakkar, et ils s’arrêtèrent sous la dernière roche, qui formait le palier inférieur de l’épaulement.

« Le canot de tôle doit être là ? dit l’ingénieur.

— Il y est, monsieur Smith, répondit Ayrton, attirant à lui la légère embarcation, qui était abritée sous la voussure de l’arcade.

— Embarquons, Ayrton. »