Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/592

Cette page a été validée par deux contributeurs.
592
l'île mystérieuse.

Les choses avaient bien changé ! (Page 591.)

C’est ce que l’ingénieur put constater plus complétement, quand il observa tout le revers septentrional du mont Franklin. Des tourbillons de fumée et de flammes s’échappaient du cratère ; une grêle de scories tombait sur le sol ; mais aucun épanchement lavique ne s’opérait par le goulot du cratère, ce qui prouvait que le niveau des matières volcaniques n’avait pas encore atteint l’orifice supérieur de la cheminée centrale.

« Et j’aimerais mieux que cela fût ! Se dit Cyrus Smith. Au moins je serais certain que les laves ont repris leur route accoutumée. Qui sait si elles ne se déverseront pas par quelque nouvelle bouche ? Mais là n’est pas le danger ! Le capitaine Nemo l’a bien pressenti ! Non ! Le danger n’est pas là ! »