Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/587

Cette page a été validée par deux contributeurs.
587
le secret de l'île.

Cyrus Smith secoua la tête en homme qui n’attendait rien de bon du phénomène dont le développement était si subit. Il n’envisageait pas aussi légèrement que Pencroff les conséquences d’une éruption. Si les laves, par suite de l’orientation du cratère, ne menaçaient pas directement les parties boisées et cultivées de l’île, d’autres complications pouvaient se présenter. En effet, il n’est pas rare que les éruptions soient accompagnées de tremblements de terre, et une île, de la nature de l’île Lincoln, formée de matières si diverses, basaltes d’un côté, granit de l’autre, laves au nord, sol meuble au midi, matières qui, par conséquent, ne pouvaient être solidement liées entre elles, aurait couru le risque d’être désagrégée. Si donc l’épanchement des substances volcaniques ne constituait pas un danger très-sérieux, tout mouvement dans la charpente terrestre qui eût secoué l’île pouvait entraîner des conséquences extrêmement graves.

« Il me semble, dit Ayrton, qui s’était couché de manière à poser son oreille sur le sol, il me semble entendre des roulements sourds, comme ferait un chariot chargé de barres de fer. »

Les colons écoutèrent avec une extrême attention et purent constater qu’Ayrton ne se trompait pas. Aux roulements se mêlaient parfois des mugissements souterrains qui formaient une sorte de « rinfordzando » et s’éteignaient peu à peu, comme si quelque brise violente eût passé dans les profondeurs du globe. Mais aucune détonation proprement dite ne se faisait encore entendre. On pouvait donc en conclure que les vapeurs et les fumées trouvaient un libre passage à travers la cheminée centrale, et que, la soupape étant assez large, aucune dislocation ne se produirait, aucune explosion ne serait à craindre.

« Ah çà ! dit alors Pencroff, est-ce que nous n’allons pas retourner au travail ? Que le mont Franklin fume, braille, gémisse, vomisse feu et flammes tant qu’il lui plaira, ce n’est pas une raison pour ne rien faire ! Allons, Ayrton, Nab, Harbert, monsieur Cyrus, monsieur Spilett, il faut aujourd’hui que tout le monde mette la main à la besogne ! Nous allons ajuster les précintes, et une douzaine de bras ne seront pas de trop. Avant deux mois, je veux que notre nouveau Bonadventure — car nous lui conserverons ce nom, n’est-il pas vrai ? — flotte sur les eaux du Port-Ballon ! Donc, pas une heure à perdre ! »

Tous les colons, dont les bras étaient réclamés par Pencroff, descendirent au chantier de construction et procédèrent à la pose des précintes, épais bordages qui forment la ceinture d’un bâtiment et relient solidement entre eux les couples de sa carcasse. C’était là une grosse et pénible besogne, à laquelle tous durent prendre part.

On travailla donc assidûment pendant toute cette journée du 3 janvier, sans