Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/553

Cette page a été validée par deux contributeurs.
553
le secret de l'île.

Les échos répercutaient le fracas du tonnerre... (Page 559.)

On causait de la sorte, on laissait aller Pencroff, et, de propos en propos, le reporter finissait par fonder un journal, le New-Lincoln Herald !

Ainsi est-il du cœur de l’homme. Le besoin de faire œuvre qui dure, qui lui survive, est le signe de sa supériorité sur tout ce qui vit ici-bas. C’est ce qui a fondé sa domination, et c’est ce qui la justifie dans le monde entier.

Après cela, qui sait si Jup et Top n’avaient pas, eux aussi, leur petit rêve d’avenir ?

Ayrton, silencieux, se disait qu’il voudrait revoir lord Glenarvan et se montrer à tous, réhabilité.

Un soir, le 15 octobre, la conversation, lancée à travers ces hypothèses, s’était