Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/547

Cette page a été validée par deux contributeurs.
547
le secret de l'île.

— Mais alors, monsieur Cyrus, demanda Harbert, pourquoi l’île Lincoln semble-t-elle échapper à la loi commune ?

— Cela est difficile à expliquer, répondit l’ingénieur. Toutefois, je serais disposé à admettre que cette singularité tient à la situation de l’île dans l’hémisphère austral, qui, comme tu le sais, mon enfant, est plus froid que l’hémisphère boréal.

— En effet, dit Harbert, et les glaces flottantes se rencontrent sous des latitudes plus basses dans le sud que dans le nord du Pacifique.

— Cela est vrai, répondit Pencroff, et, quand je faisais le métier de baleinier, j’ai vu des icebergs jusque par le travers du cap Horn.

— On pourrait peut-être expliquer alors, dit Gédéon Spilett, les froids rigoureux qui frappent l’île Lincoln, par la présence de glaces ou de banquises à une distance relativement très-rapprochée.

— Votre opinion est très-admissible, en effet, mon cher Spilett, répondit Cyrus Smith, et c’est évidemment à la proximité de la banquise que nous devons nos rigoureux hivers. Je vous ferai remarquer aussi qu’une cause toute physique rend l’hémisphère austral plus froid que l’hémisphère boréal. En effet, puisque le soleil est plus rapproché de cet hémisphère pendant l’été, il en est nécessairement plus éloigné pendant l’hiver. Cela explique donc qu’il y ait excès de température dans les deux sens, et, si nous trouvons les hivers très-froids à l’île Lincoln, n’oublions pas que les étés y sont très-chauds, au contraire.

— Mais pourquoi donc, s’il vous plaît, monsieur Smith, demanda Pencroff en fronçant le sourcil, pourquoi donc notre hémisphère, comme vous dites, est-il si mal partagé ? Ce n’est pas juste, cela !

— Ami Pencroff, répondit l’ingénieur en riant, juste ou non, il faut bien subir la situation, et voici d’où vient cette particularité. La terre ne décrit pas un cercle autour du soleil, mais bien une ellipse, ainsi que le veulent les lois de la mécanique rationnelle. La terre occupe un des foyers de l’ellipse, et, par conséquent, à une certaine époque de son parcours, elle est à son apogée, c’est-à-dire à son plus grand éloignement du soleil, et à une autre époque, à son périgée, c’est-à-dire à sa plus courte distance. Or, il se trouve que c’est précisément pendant l’hiver des contrées australes qu’elle est à son point le plus éloigné du soleil, et, par conséquent, dans les conditions voulues pour que ces régions éprouvent de plus grands froids. À cela, rien à faire, et les hommes, Pencroff, si savants qu’ils puissent être, ne pourront jamais changer quoi que ce soit à l’ordre cosmographique établi par Dieu même.

— Et pourtant, ajouta Pencroff, qui montra une certaine difficulté à se rési-