Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/541

Cette page a été validée par deux contributeurs.
541
le secret de l'île.

raient eux-mêmes un bâtiment assez fort pour tenir la mer jusqu’aux terres les plus rapprochées.

« À moins, disait Pencroff, que notre génie ne fournisse lui-même les moyens de nous rapatrier ! »

Et, vraiment, on fût venu dire à Pencroff et à Nab qu’un navire de trois cents tonneaux les attendait dans le golfe du Requin ou à Port-Ballon, qu’ils n’auraient pas même fait un geste de surprise. Dans cet ordre d’idées, ils s’attendaient à tout.

Mais Cyrus Smith, moins confiant, leur conseilla de rentrer dans la réalité, et ce fut à propos de la construction d’un bâtiment, besogne véritablement urgente, puisqu’il s’agissait de déposer le plus tôt possible à l’île Tabor un document qui indiquât la nouvelle résidence d’Ayrton.

Le Bonadventure n’existant plus, six mois, au moins, seraient nécessaires pour la construction d’un nouveau navire. Or, l’hiver arrivait, et le voyage ne pourrait se faire avant le printemps prochain.

« Nous avons donc le temps de nous mettre en mesure pour la belle saison, dit l’ingénieur, qui causait de ces choses avec Pencroff. Je pense donc, mon ami, que, puisque nous avons à refaire notre embarcation, il sera préférable de lui donner des dimensions plus considérables. L’arrivée du yacht écossais à l’île Tabor est fort problématique. Il peut se faire même que, venu depuis plusieurs mois, il en soit reparti, après avoir vainement cherché quelque trace d’Ayrton. Ne serait-il donc pas à propos de construire un navire qui, le cas échéant, pût nous transporter soit aux archipels polynésiens, soit à la Nouvelle-Zélande ? Qu’en pensez-vous ?

— Je pense, monsieur Cyrus, répondit le marin, je pense que vous êtes tout aussi capable de fabriquer un grand navire qu’un petit. Ni le bois, ni les outils ne nous manquent. Ce n’est qu’une question de temps.

— Et combien de mois demanderait la construction d’un navire de deux cent cinquante à trois cents tonneaux ? demanda Cyrus Smith.

— Sept ou huit mois au moins, répondit Pencroff. Mais il ne faut pas oublier que l’hiver arrive et que, par les grands froids, le bois est difficile à travailler. Comptons donc sur quelques semaines de chômage, et, si notre bâtiment est prêt pour le mois de novembre prochain, nous devrons nous estimer très-heureux.

— Eh bien, répondit Cyrus Smith, ce serait précisément l’époque favorable pour entreprendre une traversée de quelque importance, soit à l’île Tabor, soit à une terre plus éloignée.

— En effet, monsieur Cyrus, répondit le marin. Faites donc vos plans, les