Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/523

Cette page a été validée par deux contributeurs.
523
le secret de l'île.

— Mais, monsieur Cyrus… répliqua le marin, peu disposé à obéir.

— Je vous en prie, Pencroff, dit l’ingénieur.

— Soit ! » répondit le marin, qui donna un autre cours à sa colère en gratifiant les convicts des plus rudes qualifications du répertoire maritime.

Les colons demeurèrent donc autour du chariot, et ils surveillèrent avec soin les parties voisines de la forêt.

Trois heures se passèrent ainsi. Le vent était tombé, et un silence absolu régnait sous les grands arbres. La brisée de la plus mince branche, un bruit de pas sur les feuilles sèches, le glissement d’un corps entre les herbes, eussent été entendus sans peine. Tout était tranquille. Du reste, Top, couché à terre, sa tête allongée sur ses pattes, ne donnait aucun signe d’inquiétude.

À huit heures, le soir parut assez avancé pour que la reconnaissance pût être faite dans de bonnes conditions. Gédéon Spilett se déclara prêt à partir, en compagnie de Pencroff. Cyrus Smith y consentit. Top et Jup durent rester avec l’ingénieur, Harbert et Nab, car il ne fallait pas qu’un aboiement ou un cri, lancés mal à propos, donnassent l’éveil.

« Ne vous engagez pas imprudemment, recommanda Cyrus Smith au marin et au reporter. Vous n’avez pas à prendre possession du corral, mais seulement à reconnaître s’il est occupé ou non.

— C’est convenu, » répondit Pencroff.

Et tous deux partirent.

Sous les arbres, grâce à l’épaisseur de leur feuillage, une certaine obscurité rendait déjà les objets invisibles au delà d’un rayon de trente à quarante pieds. Le reporter et Pencroff, s’arrêtant dès qu’un bruit quelconque leur semblait suspect, n’avançaient qu’avec les plus extrêmes précautions.

Ils marchaient l’un écarté de l’autre, afin d’offrir moins de prise aux coups de feu. Et, pour tout dire, ils s’attendaient, à chaque instant, à ce qu’une détonation retentît.

Cinq minutes après avoir quitté le chariot, Gédéon Spilett et Pencroff étaient arrivés sur la lisière du bois, devant la clairière au fond de laquelle s’élevait l’enceinte palissadée.

Ils s’arrêtèrent. Quelques vagues lueurs baignaient encore la prairie dégarnie d’arbres. À trente pas se dressait la porte du corral, qui paraissait être fermée. Ces trente pas qu’il s’agissait de franchir entre la lisière du bois et l’enceinte constituaient la zone dangereuse, pour employer une expression empruntée à la balistique. En effet, une ou plusieurs balles, parties de la crête de la palissade, auraient jeté à terre quiconque se fût hasardé sur cette zone.