Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/442

Cette page a été validée par deux contributeurs.
442
l'île mystérieuse.

granitique ? Depuis le cap Griffe jusqu’aux caps Mandibule, sur tout le périmètre de la baie de l’Union, rien n’avait dû lui apprendre que l’île fût et pût être occupée.

À huit heures, cependant, les colons observèrent un certain mouvement qui se produisait à bord du Speedy. On halait sur les palans des porte-embarcations, et un canot était mis à la mer. Sept hommes y descendirent. Ils étaient armés de fusils ; l’un d’eux se mit à la barre, quatre aux avirons, et les deux autres, accroupis à l’avant, prêts à tirer, examinaient l’île. Leur but était, sans doute, d’opérer une première reconnaissance, mais non de débarquer, car, dans ce dernier cas, ils seraient venus en plus grand nombre.

Les pirates, juchés dans la mâture jusqu’aux barres de perroquet, avaient évidemment pu voir qu’un îlot couvrait la côte et qu’il en était séparé par un canal large d’un demi-mille environ. Toutefois, il fut bientôt constant pour Cyrus Smith, en observant la direction suivie par le canot, qu’il ne chercherait pas tout d’abord à pénétrer dans ce canal, mais qu’il accosterait l’îlot, mesure de prudence justifiée, d’ailleurs.

Pencroff et Ayrton, cachés chacun de son côté dans d’étroites anfractuosités de roches, le virent venir directement sur eux, et ils attendirent qu’il fût à bonne portée.

Le canot s’avançait avec une extrême précaution. Les rames ne plongeaient dans l’eau qu’à de longs intervalles. On pouvait voir aussi que l’un des convicts placés à l’avant tenait une ligne de sonde à la main et qu’il cherchait à reconnaître le chenal creusé par le courant de la Mercy. Cela indiquait chez Bob Harvey l’intention de rapprocher autant qu’il le pourrait son brick de la côte. Une trentaine de pirates, dispersés dans les haubans, ne perdaient pas un des mouvements du canot et relevaient certains amers qui devaient leur permettre d’atterrir sans danger.

Le canot n’était plus qu’à deux encâblures de l’îlot quand il s’arrêta. L’homme de barre, debout, cherchait le meilleur point sur lequel il pût accoster.

En un instant, deux coups de feu éclatèrent. Une petite fumée tourbillonna au-dessus des roches de l’îlot. L’homme de barre et l’homme de sonde tombèrent à la renverse dans le canot. Les balles d’Ayrton et de Pencroff les avaient frappés tous deux au même instant.

Presque aussitôt, une détonation plus violente se fit entendre, un éclatant jet de vapeur fusa des flancs du brick, et un boulet, frappant le haut des roches qui abritaient Ayrton et Pencroff, les fit voler en éclats, mais les deux tireurs n’avaient pas été touchés.