Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/415

Cette page a été validée par deux contributeurs.
415
l'abandonné.

Par ces grands mauvais temps, quelques couples de jaguars et des bandes de quadrumanes s’aventuraient jusqu’à la lisière du plateau, et il était toujours à craindre que les plus souples et les plus audacieux, poussés par la faim, ne parvinssent à franchir le ruisseau, qui, d’ailleurs, lorsqu’il était gelé, leur offrait un passage facile. Plantations et animaux domestiques eussent été infailliblement détruits alors sans une surveillance continuelle, et souvent il fallut faire le coup de feu pour tenir à respectueuse distance ces dangereux visiteurs. Aussi la besogne ne manqua-t-elle pas aux hiverneurs, car, sans compter les soins du dehors, il y avait toujours mille travaux d’aménagement à Granite-house.

Il y eut aussi quelques belles chasses, qui furent faites par les grands froids dans les vastes marais des tadornes. Gédéon Spilett et Harbert, aidés de Jup et de Top, ne perdaient pas un coup au milieu de ces myriades de canards, de bécassines, de sarcelles, de pilets et de vanneaux. L’accès de ce giboyeux territoire était facile, d’ailleurs, soit que l’on s’y rendît par la route du port Ballon, après avoir passé le pont de la Mercy, soit en tournant les roches de la pointe de l’Épave, et les chasseurs ne s’éloignaient jamais de Granite-house au delà de deux ou trois milles.

Ainsi se passèrent les quatre mois d’hiver, qui furent réellement rigoureux, c’est-à-dire juin, juillet, août et septembre. Mais, en somme, Granite-house ne souffrit pas trop des inclémences du temps, et il en fut de même au corral, qui, moins exposé que le plateau et couvert en grande partie par le mont Franklin, ne recevait que les restes des coups de vent déjà brisés par les forêts et les hautes roches du littoral. Les dégâts y furent donc peu importants, et la main active et habile d’Ayrton suffit à les réparer promptement, quand, dans la seconde quinzaine d’octobre, il retourna passer quelques jours au corral.

Pendant cet hiver, il ne se produisit aucun nouvel incident inexplicable. Rien d’étrange n’arriva, bien que Pencroff et Nab fussent à l’affût des faits les plus insignifiants qu’ils eussent pu rattacher à une cause mystérieuse. Top et Jup eux-mêmes ne rôdaient plus autour du puits et ne donnaient aucun signe d’inquiétude. Il semblait donc que la série des incidents surnaturels fût interrompue, bien qu’on en causât souvent pendant les veillées de Granite-house, et qu’il demeurât bien convenu que l’île serait fouillée jusque dans ses parties les plus difficiles à explorer. Mais un événement de la plus haute gravité, et dont les conséquences pouvaient être funestes, vint momentanément détourner de leurs projets Cyrus Smith et ses compagnons.

On était au mois d’octobre. La belle saison revenait à grands pas. La nature se renouvelait sous les rayons du soleil, et, au milieu du feuillage persistant des