Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/408

Cette page a été validée par deux contributeurs.
408
l'île mystérieuse.

L'ingénieur se penchait à son oreille et lui disait... (Page 406.)

le Bonadventure, après avoir laissé porter sur le cap Mandibule-Nord, entrait prudemment dans la passe et se hasardait sur ces eaux, enfermées dans le plus étrange cadre de laves.

« Voilà, dit Pencroff, un bout de mer qui ferait une rade admirable, où des flottes pourraient évoluer à leur aise !

— Ce qui est surtout curieux, fit observer Cyrus Smith, c’est que ce golfe a été formé par deux coulées de laves, vomies par le volcan, qui se sont accumulées par des éruptions successives. Il en résulte donc que ce golfe est abrité complètement sur tous les côtés, et il est à croire que, même par les plus mauvais vents, la mer y est calme comme un lac.