Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/407

Cette page a été validée par deux contributeurs.
407
l'abandonné.

rante-cinq milles[1] à l’heure, et qu’un bâtiment en pleine mer eût été au bas ris, avec ses perroquets calés. Or, comme il était environ six heures quand le Bonadventure fut par le travers du golfe, et qu’en ce moment le jusant se faisait sentir, il fut impossible d’y entrer. Force fut donc de tenir le large, car, lors même qu’il l’aurait voulu, Pencroff n’eût pas même pu atteindre l’embouchure de la Mercy. Donc, après avoir installé son foc au grand mât en guise de tourmentin, il attendit, en présentant le cap à terre.

Très-heureusement, si le vent fut très-fort, la mer, couverte par la côte, ne grossit pas extrêmement. On n’eut donc pas à redouter les coups de lame, qui sont un grand danger pour les petites embarcations. Le Bonadventure n’aurait pas chaviré, sans doute, car il était bien lesté ; mais d’énormes paquets d’eau, tombant à bord, auraient pu le compromettre, si les panneaux n’avaient pas résisté. Pencroff, en habile marin, para à tout événement. Certes ! Il avait une confiance extrême dans son embarcation, mais il n’en attendit pas moins le jour avec une certaine anxiété.

Pendant cette nuit, Cyrus Smith et Gédéon Spilett n’eurent pas l’occasion de causer ensemble, et cependant la phrase prononcée à l’oreille du reporter par l’ingénieur valait bien que l’on discutât encore une fois cette mystérieuse influence qui semblait régner sur l’île Lincoln. Gédéon Spilett ne cessa de songer à ce nouvel et inexplicable incident, à cette apparition d’un feu sur la côte de l’île. Ce feu, il l’avait bien réellement vu ! Ses compagnons, Harbert et Pencroff, l’avaient vu comme lui ! Ce feu leur avait servi à reconnaître la situation de l’île pendant cette nuit sombre, et ils ne pouvaient douter que ce ne fût la main de l’ingénieur qui l’eût allumé, et voilà que Cyrus Smith déclarait formellement qu’il n’avait rien fait de tel !

Gédéon Spilett se promit de revenir sur cet incident, dès que le Bonadventure serait de retour, et de pousser Cyrus Smith à mettre ses compagnons au courant de ces faits étranges. Peut-être se déciderait-on alors à faire, en commun, une investigation complète de toutes les parties de l’île Lincoln.

Quoi qu’il en soit, ce soir-là aucun feu ne s’alluma sur ces rivages, inconnus encore, qui formaient l’entrée du golfe, et la petite embarcation continua de se tenir au large pendant toute la nuit.

Quand les premières lueurs de l’aube se dessinèrent sur l’horizon de l’est, le vent, qui avait légèrement calmi, tourna de deux quarts et permit à Pencroff d’embouquer plus facilement l’étroite entrée du golfe. Vers sept heures du matin,

  1. Environ 83 kilomètres à l’heure.