Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/400

Cette page a été validée par deux contributeurs.
400
l'île mystérieuse.

Ils s'étaient abattus par centaines de mille. (Page 396.)

de tout ce qu’un homme doit chérir le plus au monde, sa famille, ses amis, son pays natal ! »

Les choses étant ainsi décidées, il ne fut plus question d’entreprendre la construction d’un navire assez grand pour s’aventurer, soit jusqu’aux archipels, dans le nord, soit jusqu’à la Nouvelle-Zélande, dans l’ouest, et on ne s’occupa que des travaux accoutumés en vue d’un troisième hivernage à Granite-house.

Toutefois, il fut aussi décidé que la chaloupe serait employée, avant les mauvais jours, à faire un voyage autour de l’île. La reconnaissance complète des côtes n’était pas terminée encore, et les colons n’avaient qu’une idée imparfaite du littoral à l’ouest et au nord, depuis l’embouchure de la rivière de la