Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/285

Cette page a été validée par deux contributeurs.
285
l'abandonné.

en retenir une grande quantité. On en prit ainsi plusieurs centaines, qui furent salés et mis en réserve pour le temps où l’hiver, glaçant les cours d’eau, rendrait toute pêche impraticable.

Ce fut à cette époque que le très-intelligent Jup fut élevé aux fonctions de valet de chambre. Il avait été vêtu d’une jaquette, d’une culotte courte en toile blanche et d’un tablier dont les poches faisaient son bonheur, car il y fourrait ses mains et ne souffrait pas qu’on vînt y fouiller. L’adroit orang avait été merveilleusement stylé par Nab, et on eût dit que le nègre et le singe se comprenaient quand ils causaient ensemble. Jup avait, d’ailleurs, pour Nab une sympathie réelle, et Nab la lui rendait. À moins qu’on n’eût besoin de ses services, soit pour charrier du bois, soit pour grimper à la cime de quelque arbre, Jup passait la plus grande partie de son temps à la cuisine et cherchait à imiter Nab en tout ce qu’il lui voyait faire. Le maître montrait, d’ailleurs, une patience et même un zèle extrême à instruire son élève, et l’élève déployait une intelligence remarquable à profiter des leçons que lui donnait son maître.

Qu’on juge donc de la satisfaction que procura un jour maître Jup aux convives de Granite-house, quand, la serviette sur le bras, il vint, sans qu’ils en eussent été prévenus, les servir à table. Adroit, attentif, il s’acquitta de son service avec une adresse parfaite, changeant les assiettes, apportant les plats, versant à boire, le tout avec un sérieux qui amusa au dernier point les colons et dont s’enthousiasma Pencroff.

« Jup, du potage !

— Jup, un peu d’agouti !

— Jup, une assiette !

— Jup ! Brave Jup ! Honnête Jup ! »

On n’entendait que cela, et Jup, sans se déconcerter jamais, répondait à tout, veillait à tout, et il hocha sa tête intelligente, quand Pencroff, refaisant sa plaisanterie du premier jour, lui dit :

« Décidément, Jup, il faudra vous doubler vos gages ! »

Inutile de dire que l’orang était alors absolument acclimaté à Granite-house, et qu’il accompagnait souvent ses maîtres dans la forêt, sans jamais manifester aucune envie de s’enfuir. Il fallait le voir, alors, marcher de la façon la plus amusante, avec une canne que Pencroff lui avait faite et qu’il portait sur son épaule comme un fusil ! Si l’on avait besoin de cueillir quelque fruit à la cime d’un arbre, qu’il était vite en haut ! Si la roue du chariot venait à s’embourber, avec quelle vigueur Jup, d’un seul coup d’épaule, la remettait en bon chemin !