Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/274

Cette page a été validée par deux contributeurs.
274
l'île mystérieuse.

s’était creusé un lit sur le plateau et sur la grève, en amont et en aval de la chute, et il suffisait, en effet, de creuser le lit de ce creek pour en rendre le passage impraticable aux animaux ;

Sur toute la lisière de l’est, par la mer elle-même, depuis l’embouchure du susdit creek jusqu’à l’embouchure de la Mercy ;

Au sud, enfin, depuis cette embouchure jusqu’au coude de la Mercy où devait être établi le pont.

Restait donc la partie ouest du plateau, comprise entre le coude de la rivière et l’angle sud du lac, sur une distance inférieure à un mille, qui était ouverte à tout venant. Mais rien n’était plus facile que de creuser un fossé, large et profond, qui serait rempli par les eaux du lac, et dont le trop-plein irait se jeter par une seconde chute dans le lit de la Mercy. Le niveau du lac s’abaisserait un peu, sans doute, par suite de ce nouvel épanchement de ses eaux, mais Cyrus Smith avait reconnu que le débit du Creek-Rouge était assez considérable pour permettre l’exécution de son projet.

« Ainsi donc, ajouta l’ingénieur, le plateau de Grande-Vue sera une île véritable, étant entouré d’eau de toutes parts, et il ne communiquera avec le reste de notre domaine que par le pont que nous allons jeter sur la Mercy, les deux ponceaux déjà établis en amont et en aval de la chute, et enfin deux autres ponceaux à construire, l’un sur le fossé que je vous propose de creuser, et l’autre sur la rive gauche de la Mercy. Or, si ces pont et ponceaux peuvent être levés à volonté, le plateau de Grande-Vue sera à l’abri de toute surprise. »

Cyrus Smith, afin de se faire mieux comprendre de ses compagnons, avait dessiné une carte du plateau, et son projet fut immédiatement saisi dans tout son ensemble. Aussi un avis unanime l’approuva-t-il, et Pencroff, brandissant sa hache de charpentier, de s’écrier :

« Au pont, d’abord ! »

C’était le travail le plus urgent. Des arbres furent choisis, abattus, ébranchés, débités en poutrelles, en madriers et en planches. Ce pont, fixe dans la partie qui s’appuyait à la rive droite de la Mercy, devait être mobile dans la partie qui se relierait à la rive gauche, de manière à pouvoir se relever au moyen de contre-poids, comme certains ponts d’écluse.

On le comprend, ce fut un travail considérable, et s’il fut habilement conduit, du moins demanda-t-il un certain temps, car la Mercy était large de quatre-vingts pieds environ. Il fallut donc enfoncer des pieux dans le lit de la rivière, afin de soutenir le tablier fixe du pont, et établir une sonnette pour agir sur