Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/206

Cette page a été validée par deux contributeurs.
206
l'île mystérieuse.

maine des réalités scientifiques, il ne se pardonnait pas de se laisser entraîner dans le domaine de l’étrange et presque du surnaturel ; mais comment s’expliquer que Top, un de ces chiens sensés qui n’ont jamais perdu leur temps à aboyer à la lune, s’obstinât à sonder du flair et de l’ouïe cet abîme, si rien ne s’y passait qui dût éveiller son inquiétude ? La conduite de Top intriguait Cyrus Smith plus qu’il ne lui paraissait raisonnable de se l’avouer à lui-même.

En tout cas, l’ingénieur ne communiqua ses impressions qu’à Gédéon Spilett, trouvant inutile d’initier ses compagnons aux réflexions involontaires que faisait naître en lui ce qui n’était peut-être qu’une lubie de Top.

Enfin, les froids cessèrent. Il y eut des pluies, des rafales mêlées de neige, des giboulées, des coups de vent, mais ces intempéries ne duraient pas. La glace s’était dissoute, la neige s’était fondue ; la grève, le plateau, les berges de la Mercy, la forêt étaient redevenus praticables. Ce retour du printemps ravit les hôtes de Granite-house, et, bientôt, ils n’y passèrent plus que les heures du sommeil et des repas.

On chassa beaucoup dans la seconde moitié de septembre, ce qui amena Pencroff à réclamer avec une nouvelle insistance les armes à feu qu’il affirmait avoir été promises par Cyrus Smith. Celui-ci, sachant bien que, sans un outillage spécial, il lui serait presque impossible de fabriquer un fusil qui pût rendre quelque service, reculait toujours et remettait l’opération à plus tard. Il faisait, d’ailleurs, observer qu’Harbert et Gédéon Spilett étaient devenus des archers habiles, que toutes sortes d’animaux excellents, agoutis, kangourous, cabiais, pigeons, outardes, canards sauvages, bécassines, enfin gibier de poil ou de plume, tombaient sous leurs flèches, et que, par conséquent, on pouvait attendre. Mais l’entêté marin n’entendait point de cette oreille, et il ne laisserait pas de cesse à l’ingénieur que celui-ci n’eût satisfait son désir. Gédéon Spilett appuyait, du reste, Pencroff.

« Si l’île, comme on en peut douter, disait-il, renferme des animaux féroces, il faut penser à les combattre et à les exterminer. Un moment peut venir où ce soit notre premier devoir. »

Mais, à cette époque, ce ne fut point cette question des armes à feu qui préoccupa Cyrus Smith, mais bien celle des vêtements. Ceux que portaient les colons avaient passé l’hiver, mais ils ne pourraient pas durer jusqu’à l’hiver prochain. Peaux de carnassiers ou laine de ruminants, c’était ce qu’il fallait se procurer à tout prix, et, puisque les mouflons ne manquaient pas, il convenait d’aviser aux moyens d’en former un troupeau qui serait élevé pour les besoins de la colonie. Un enclos destiné aux animaux domestiques, une basse-cour aménagée pour les volatiles, en un mot, une sorte de ferme à fonder en quelque point de