Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/203

Cette page a été validée par deux contributeurs.
203
les naufragés de l'air.

— Bon, on veillera, » répondit Pencroff.

Cependant, la neige finit par se dissiper sous l’influence de la température, qui se releva. La pluie vint à tomber, et, grâce à son action dissolvante, la couche blanche s’effaça. Malgré le mauvais temps, les colons renouvelèrent leur réserve en toutes choses, amandes de pin-pignon, racines de dragonnier, rhizomes, liqueur d’érable, pour la partie végétale ; lapins de garenne, agoutis et kangourous, pour la partie animale. Cela nécessita quelques excursions dans la forêt, et l’on constata qu’une certaine quantité d’arbres avaient été abattus par le dernier ouragan. Le marin et Nab poussèrent même, avec le chariot, jusqu’au gisement de houille, afin de rapporter quelques tonnes de combustible. Ils virent en passant que la cheminée du four à poteries avait été très-endommagée par le vent et découronnée de six bons pieds au moins.

En même temps que le charbon, la provision de bois fut également renouvelée à Granite-house, et on profita du courant de la Mercy, qui était redevenu libre, pour en amener plusieurs trains. Il pouvait se faire que la période des grands froids ne fût pas achevée.

Une visite avait été faite également aux Cheminées, et les colons ne purent que s’applaudir de ne pas y avoir demeuré pendant la tempête. La mer avait laissé là des marques incontestables de ses ravages. Soulevée par les vents du large, et sautant par-dessus l’îlot, elle avait violemment assailli les couloirs, qui étaient à demi ensablés, et d’épaisses couches de varech recouvraient les roches. Pendant que Nab, Harbert et Pencroff chassaient ou renouvelaient les provisions de combustible, Cyrus Smith et Gédéon Spilett s’occupèrent à déblayer les Cheminées, et ils retrouvèrent la forge et les fourneaux à peu près intacts, protégés qu’ils avaient été tout d’abord par l’entassement des sables.

Ce ne fut pas inutilement que la réserve de combustible avait été refaite. Les colons n’en avaient pas fini avec les froids rigoureux. On sait que, dans l’hémisphère boréal, le mois de février se signale principalement par de grands abaissements de la température. Il devait en être de même dans l’hémisphère austral, et la fin du mois d’août, qui est le février de l’Amérique du Nord, n’échappa pas à cette loi climatérique.

Vers le 25, après une nouvelle alternative de neige et de pluie, le vent sauta au sud-est, et, subitement, le froid devint extrêmement vif. Suivant l’estime de l’ingénieur, la colonne mercurielle d’un thermomètre Fahrenheit n’eût pas marqué moins de huit degrés au-dessous de zéro (22°, 22 centigr. au-dessous de glace), et cette intensité du froid, rendue plus douloureuse encore par une bise