Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/193

Cette page a été validée par deux contributeurs.
193
les naufragés de l'air.

« Laisse-moi croire ; ... » dit Pencroff. (Page 198.)

breuses îles à coraux que compte l’océan Pacifique. Il faut quarante-sept millions de ces infusoires pour peser un grain[1], et pourtant, avec les sels marins qu’ils absorbent, avec les éléments solides de l’eau qu’ils s’assimilent, ces animalcules produisent le calcaire, et ce calcaire forme d’énormes substructions sous-marines, dont la dureté et la solidité égalent celles du granit. Autrefois, aux premières époques de la création, la nature, employant le feu, a produit les terres par soulèvement ; mais maintenant elle charge des animaux microscopiques

  1. Un grain pèse 59 milligrammes.