Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.
164
l'île mystérieuse.

s’élargissant, de telle sorte que les explorateurs, presque aussitôt, purent se tenir droit en descendant. Les parois de granit, usées par les eaux depuis un temps infini, étaient glissantes, et il fallait se garder des chutes. Aussi, les colons s’étaient-ils liés les uns aux autres au moyen d’une corde, ainsi que font les ascensionnistes dans les montagnes. Heureusement, quelques saillies du granit, formant de véritables marches, rendaient la descente moins périlleuse. Des gouttelettes, encore suspendues aux rocs, s’irisaient çà et là sous le feu des torches, et on eût pu croire que les parois étaient revêtues d’innombrables stalactites. L’ingénieur observa ce granit noir. Il n’y vit pas une strate, pas une faille. La masse était compacte et d’un grain extrêmement serré. Ce boyau datait donc de l’origine même de l’île. Ce n’étaient point les eaux qui l’avaient creusé peu à peu. Pluton, et non pas Neptune, l’avait foré de sa propre main, et l’on pouvait distinguer sur la muraille les traces d’un travail éruptif que le lavage des eaux n’avait pu totalement effacer.

Les colons ne descendaient que fort lentement. Ils n’étaient pas sans éprouver une certaine émotion, à s’aventurer ainsi dans les profondeurs de ce massif, que des êtres humains visitaient évidemment pour la première fois. Ils ne parlaient pas, mais ils réfléchissaient, et cette réflexion dut venir à plus d’un, que quelque poulpe ou autre gigantesque céphalopode pouvait occuper les cavités intérieures, qui se trouvaient en communication avec la mer. Il fallait donc ne s’aventurer qu’avec une certaine prudence.

Du reste, Top tenait la tête de la petite troupe, et l’on pouvait s’en rapporter à la sagacité du chien, qui ne manquerait point de donner l’alarme, le cas échéant.

Après avoir descendu une centaine de pieds, en suivant une route assez sinueuse, Cyrus Smith, qui marchait en avant, s’arrêta, et ses compagnons le rejoignirent. L’endroit où ils firent halte était évidé, de manière à former une caverne de médiocre dimension. Des gouttes d’eau tombaient de sa voûte, mais elles ne provenaient pas d’un suintement à travers le massif. C’étaient simplement les dernières traces laissées par le torrent qui avait si longtemps grondé dans cette cavité, et l’air, légèrement humide, n’émettait aucune émanation méphitique.

« Eh bien, mon cher Cyrus ? dit alors Gédéon Spilett. Voici une retraite bien ignorée, bien cachée dans ces profondeurs, mais, en somme, elle est inhabitable.

— Pourquoi inhabitable ? demanda le marin.

— Parce qu’elle est trop petite et trop obscure.

— Ne pouvons-nous l’agrandir, la creuser, y pratiquer des ouvertures pour le jour et l’air ? répondit Pencroff, qui ne doutait plus de rien.